Le concours de sous-officier (pour ceux que ça intéresse)


#1

Bonjour à tous,

Depuis que je suis inscrit, je vois beaucoup de sujets qui concernent les GAV et APJA, mais peu sur les sous-off. Et comme j’ai passé les épreuves de la session d’octobre, je pensais que je pouvais vous dire un peu comment ça se passe et mon ressenti. Si jamais quelques un(e)s d’entre vous veulent s’y frotter dans l’avenir, ça peut les aider.

Alors c’est parti, voilà comment ça va s’organiser : en trois billets. Les épreuves d’admissibilité d’abord. Puis l’épreuve sportive. Ensuite les entretiens. Si j’arrive jusqu’à cette étape, je vous parlerai ensuite de la visite médicale. Et ensuite l’incorpo. Pour l’instant j’y suis pas, donc parlons de ce que j’ai pu voir ^^


Edit : J’ai passé le concours en tant qu’externe. C’est important de le préciser, car le concours interne est nettement différent.


Concours sous officier
Tests psychotechniques concours Sous Officier
#2

Salut Julien,
Tes billets sont les bienvenus et en intéresseront plus d’un j’en suis absolument certain :smiley:
Merci pour cette très bonne idée et ton implication en tout cas !


#3

Étape 1 : les épreuves d’admissibilité

C’est le premier volet après l’inscription et la réception de la convocation.
Il s’agit des épreuves qui feront le premier écrémage (conséquent) avant les choses sérieuses.

J’ai passé ces épreuves le 4 octobre 2017 au parc expo de Paris-Nord-Villepinte, et il y avait deux autres centres d’examen (Bordeaux et Grenoble). Il semblerait qu’à l’avenir il y ait davantage de centres d’examen pour les écrits, ce qui est mieux pour ceux qui gèrent moyen leur stress. Imaginez : 15.000 inscrits répartis sur 3 lieux, dont Villepinte où nous étions prévus 8.000… une grande halle où avaient été alignées des tables, réparties en groupes… une sacrée impression en entrant.




ATTENTION
Le retour d’expérience ci-dessous est décrit tel que les épreuves se déroulaient avant les changements prévus pour 2019.
À partir de 2019 inclus, le concours SOG changera pas mal.
Il n’y aura plus qu’une seule session annuelle, et non plus deux.
La composition de culture générale serait a priori conservée comme épreuve d’admissibilité.
Les inventaires de personnalité et les tests psychotechniques devraient être informatisés pour accélérer le traitement des résultats. Il semblerait qu’ils aient lieu en même temps que l’EPG et les entretiens avec le jury et le psy.
Ces changements sont prévus pour remédier à l’allongement des délais d’attente entre les résultats et l’incorporation en école.
(Ces informations sont pour le moment à prendre au conditionnel. Je mettrai à jour quand les choses seront plus précises sur le sujet.)





Passer ces épreuves était pour moi une expérience spéciale, c’était la première fois que je passais un concours, et pour le coup j’ai pas choisi le plus petit :smile:
L’organisation est à saluer, parce qu’autant de monde au même endroit… le dispo de sécurité était assez impressionnant (beaaaaauuuuuucoup d’uniformes, brigades cynophiles, palpations, inspection des sacs…), mais voilà, c’est un événement qui brasse du monde.

Pour ceux que ça peut impressionner ou décourager de savoir que 15.000 personnes concourent en même temps qu’eux : 15.000 inscrits, ce n’est pas 15.000 présents ! Selon les sources, environ 1/4 des inscrits ne s’est pas présenté.

Pour la session d’octobre 2017, ils gardaient 3.000 candidats pour les épreuves d’admission. J’ai eu le plaisir de savoir que j’en faisais partie le jour de mon anniversaire ^^.


Annales du concours de sous-officier gendarmerie (externe)
#4

Bonjour.
Pour les tests de logique tu t’es entraîné avec quel livres? Moi j’ai ceux de France Enseignement, je les trouve super biens. Les exo sont assez difficiles donc j’espere qu’ils seront un peu plus simple au concours. Pareil pour l’anglais, les tests d’entrainement sont assez compliqués alors que tu dis toi, que le jour de l’examen c’est assez basique.
Nous attendons tous avec impatience notre convocation.


#5

J’ai utilisé un livre des éditions ADMAS (“Concours Sous-Officier de Gendarmerie – Tout en un”), mais il n’était pas vraiment à jour par rapport au concours actuel : il proposait des exercices de logique dominos, cartes, calcul, etc…
Pour les matrices, plusieurs sites internet proposent des entraînements gratuits assez utiles.

Pour l’anglais, ce que j’ai pu voir dans mon livre était tout à fait dans le genre de ce qu’on a au concours. Bien sûr, les premières questions du concours sont simples, et la difficulté augmente à mesure qu’on passe de question en question.
Il faut vraiment répondre vite aux questions qui nous semblent simple (et dont on sait la réponse), et revenir ensuite sur celles qui nous demandent plus de réflexion. Encore une fois, je vous encourage à répondre à toutes les questions, même si vous ne savez pas la réponse. Il y a toujours une chance de tomber juste, même par hasard.
Après, c’est vrai aussi que j’ai un bon niveau d’anglais, donc ça explique aussi que j’ai trouvé ça facile, mais honnêtement, ce n’est pas très complexe.


#6

L’attente des résultats est une période stressante :sweat:
À titre indicatif, ayant passé les écrits le 4 octobre, j’ai eu le résultat le 8 novembre (sur le site https://www.lagendarmerierecrute.fr/ ). Sur les 15.000 inscrits, nous n’étions plus que 3.000 toujours en course.

L’étape suivante c’était donc l’épreuve physique de gendarmerie (EPG) et les entretiens. Convocation reçue, ce serait les 5 et 6 décembre au Centre de Sélection et de Concours (CSC) de Rennes…

Étape 2 : l’Épreuve Physique de Gendarmerie
Bon, on va pas se mentir, s’il fallait être préparé aux écrits, pour l’EPG c’est encore plus vrai. Ne faites surtout pas l’erreur de vous surestimer, ou de sous-estimer le parcours de l’épreuve, parce que sinon vous allez à l’accident (échec ou blessure).

L’EPG consiste en un parcours d’obstacles, une simulation de combat et un transport de charge. Elle est chronométrée pour le parcours et le simulation de combat. Pour le transport de charge, vous avez tout le temps dont vous aurez besoin. Voici le truc en détails.


1. Le parcours
Ça consiste en un circuit de 50m, dont il faudra effectuer 6 tours, soit au total 300m de parcours. Les obstacles sont variés et sollicitent l’ensemble du corps. Voici le parcours en détail.

Le chronomètre démarre au début de l’épreuve de parcours.

Ligne de départ RAS
Contournement de plot Sans toucher ni déplacer. Si touché, le jury peut demander au candidat de le remettre en place (perte de temps)
Tapis de sol à sauter 1m80 pour les hommes 1m60 pour les femmes Sans mordre ni toucher. Si mordu ou touché, le jury demandera de resauter l'obstacle (perde temps importante ±7secondes)
Contournement de plot
Escaliers 3 marches, 1 plateforme, 3 marches. Le candidat doit poser au moins un pied en montant, un pied en haut et un pied en descendant
Contournement de plot
Escaliers Idem, même obstacle.
Contournement de plot
Franchissement de haies 2 haies de 40cm de hauteur, espacées de 3m, sans toucher ni renverser. Si déplacé, le candidat devra replacer l'obstacle et le resauter (perte de temps importante)
Contournement de plot
Simulation de muret Franchir une barre fixée à 90cm de hauteur. Le candidat peut le toucher uniquement avec les mains ou/et les pieds. Après franchissement, simuler une chute avant ou arrière (alterné à chaque tour), se relever et repartir.
Ligne de départ

Après avoir effectué 6 tours (chaque fois, on nous a annoncé le nombre de tours effectué, et comment chuter – dos ou ventre – après le muret), on enchaîne avec la simulation de combat, elle aussi chronométrée. Le chronomètre n’est pas stoppé !


2. La simulation de combat
Ici, c’est tout une question de technique plus que de force.
Il s’agit de soulever un poids (36kg pour les hommes, 25kg pour les femmes). Le poids repose au sol, est relié à une poulie au mur par un câble, puis une sangle ou une corde.
La simulation est divisée en trois ateliers : la traction, les chutes et la poussée.

Traction 36kg ou 25kg, à tirer par le moyen d'une corde. En conservant cette position, effectuer un arc de cercle (180°) pour aller toucher le mur de chaque côté de l'atelier (3 touches de chaque côté). Reposer.
Chutes Sur l'atelier du milieu, simuler une chute sur le ventre, se relever sans s'aider du mur, puis toucher le mur, chuter sur le dos, se relever sans rouler sur le côté ni s'aider du mur, toucher le mur. Répéter 1 fois (4 chutes au total : 2 avant, 2 arrière)
Poussée 36kg ou 25kg à tirer par le moyen de deux sangles (dos aux poids). En conservant cette position, effectuer un arc de cercle (180°) pour aller toucher le mur de chaque côté de l'atelier (3 touches de chaque côté). Reposer.
Les tractions et poussées sont affaire de technique, plus que de force. À la traction, bras demi-fléchis, descendez sur vos appuis et tirez pour soulever. Gainez à fond, en mettant votre poids vers l'extérieur. C'est votre poids qui fait le travail. Pour la poussée, c'est pareil. Une poignée dans chaque main, les mains au niveau des épaules, poignets droits (pas "cassés"), coudes au corps, et on verrouille tout. Même principe, poids du corps et gainage. On regarde le plus loin possible devant soi, on fait les arcs de cercle en faisant de petits pas rapides (plutôt que des grands pas, pour éviter les glissades qui feraient reposer les poids). Ah, et un point important : vos chaussures ! Vous êtes en salle, le sol pourrait glisser un peu, surtout à la simulation de combat. Préférez les chaussures de sport indoor (badminton), et vous serez tranquilles.

Fin du chrono
Ici, vous aurez droit à 1 minute de récupération avant la suite. Utilisez-la pour reprendre votre souffle de manière active : marchez doucement, respirez doucement et amplement, faites ralentir votre cœur. Encore un peu d’effort et vous aurez fini.

3. Le transport de charge
Ici, il est question de soulever et transporter un sac de sable (45kg pour les hommes, 25kg pour les femmes) sur une distance de 15m (7m50 aller, 7m50 retour) et le reposer doucement.
Il ne faut pas lâcher le sac à l’arrivée ! Imaginez que vous transportez une victime d’accident.
Tout est dans la technique, encore une fois. Fléchissez les genoux, soulevez l’une des extrémités du sac, reposez-la sur votre avant-bras en appui sur votre cuisse, puis soulevez de l’autre main le reste du sac et amenez-le sur votre avant-bras. Relevez-vous en soufflant, et c’est parti.
Regardez au loin, respirez, ça sera vite fini. Vous disposez de 3 essais pour réussir, mais je vous conseille de tout faire pour y arriver au premier : à chaque nouvel essai, vous serez encore plus fatigué.

Au CSC de Rennes, nous avons eu deux gendarmes comme jurés, un lieutenant-colonel et un major. Très gentils, ils nous ont parfaitement expliqué le parcours dans le détail, un obstacle après l’autre, avec démonstration et conseils. Ensuite nous avons eu droit à un tour en groupe pour essayer chaque obstacle et en appréhender la difficulté. Puis, nous sommes partis à l’échauffement et les passages ont commencé.

Le temps au chrono vous donne votre note. La note éliminatoire étant moins de 3/20, soit un temps supérieur à 4’30 pour les hommes et 4’40 pour les femmes.

Pour ma part, je ne visais clairement pas une super note, n’étant pas grand sportif. Mais au moins ne pas être éliminé, et peut-être avoir la moyenne, c’était bien.
Au final, j’ai fait un 4’13, soit entre 5 et 6. Bof…
Et autant être honnête, à la fin, j’étais cramé de chez cramé. C’est très cardio, intense, sur un petit laps de temps.

Pour la préparation, il faut mettre l’accent sur le cardio plutôt que l’endurance, en faisant du fractionné. Essayez de vous exercer sur des parcours le plus proche possible de celui de l’EPG, avec les moyens du bord ou en gymnase si vous le pouvez. Ce n’est vraiment pas à prendre à la légère, mais c’est faisable (ben oui sinon y aurait pas des centaines de candidats sélectionnés tous les ans ^^)


Résultat admissibilité SOG Mars 2018
Attente pour les résultats SOG et épreuves sportives et entretiens
#7

Le deuxième jour de cette série d’épreuves, j’étais convoqué pour les entretiens. Là, je vous le dis de suite, c’est vraiment l’épreuve qui fait la différence.
Si l’EPG est soumise à un coefficient 3, l’entretien avec le jury est, lui, coefficient 7 ! Donc même si au sport c’est pas top, rien n’est encore perdu.

Il y a deux entretiens consécutifs.

L’un avec un jury composé de deux gendarmes. Le mien, c’était un maréchal des logis chef de la départementale et un adjudant-chef de la mobile. Mais d’autres ont eu un lieutenant ou un lieutenant-colonel et un major…
Le but est de jauger vos connaissances sur le métier, voir à quel point vous vous êtes informé, évaluer votre motivation, mais aussi de savoir un peu qui vous êtes, quel esprit vous avez… C’est une espèce de mix entre une épreuve de bac et un entretien d’embauche, en fait.

Vous tirez un sujet au hasard parmi plusieurs qui vous sont donnés. Vous avez 10 minutes pour le préparer, isolé, puis vous disposez de 20 minutes d’entretien. Vous restituez ce que vous avez sorti du sujet, puis on vous pose des questions.
Le sujet peut porter sur presque aussi vaste que les sujets de composition de l’écrit. J’ai tiré “Le sport. École de la vie ?”, et je n’en étais pas mécontent. Je pense avoir dit un maximum de chose, car on ne m’a pas posé de questions dessus. Puis on a évoqué plein de choses. Mon âge (j’ai 34 ans), où je me voyais dans 10 ans, quel corps de la gendarmerie j’aimerais intégrer (mobile, départementale, GR), quels métiers de la GN m’intéresseraient, pourquoi la GN et pas la PN, quels sont les avantages du métier, ses contraintes, pourquoi moi plus qu’un autre… Je pense leur avoir fait bonne impression sur ma motivation et mes informations sur la GN. J’ai vraiment un bon ressenti de cette épreuve.

Pour finir, un entretien avec un psychologue. Ici, il s’agit de dresser un profil et de déterminer si ce profil est compatible avec la fonction. Mais il ne s’agit pas juste de savoir si on peut ou pas vous confier un uniforme et une arme, mais aussi ce qui vous touche, si vous êtes stable, si vous êtes calme ou impulsif, si vous acceptez d’intégrer une chaîne hiérarchique, les moments de votre vie qui ont pu vous perturber, votre parcours personnel, professionnel, les choix que vous avez fait, pourquoi vous les avez fait…
Ici, c’est vraiment difficile d’avoir une appréciation de ce qu’on a pu dire. C’est un psy, quoi, il analyse tout ce qu’on dit, la façon dont on le dit… et en même temps il faut pas y aller avec ça en tête, sinon ça sera tout sauf spontané et naturel, et ça se verra… C’est pas évident. Et surtout, se livrer à un inconnu quand on n’a jamais eu à le faire… Bref, je ne sais pas quoi en penser, alors on verra.
Le psy recoupe ça avec le profil dressé par les inventaires de personnalité. Puis il rend un avis, qui peut être favorable, défavorable ou mitigé. J’imagine (sans certitude) qu’un avis mitigé demande un examen plus approfondi des notes données aux autres épreuves, et qu’un favorable sera décisif. Le défavorable… bon ben on a compris, quoi x)



Voilà un peu où j’en suis. J’aurai les résultats d’ici deux semaines encore. C’est un peu long. Et après ça, il y aura encore la visite médicale (on en parlera mieux si je vais jusque là), et après encore l’attente de la fameuse lettre qui m’informera de l’incorporation… Que d’attente !

Si vous avez des questions, j’y répondrai avec plaisir. Et sinon, rendez-vous le 14 février pour savoir ce que ça aura donné :wink:


Sujet Oral Sous-officier
Entretien psychologue
Résultat admissibilité SOG Mars 2018
Oral pour le concours
Attente pour les résultats SOG et épreuves sportives et entretiens
#8

#9

Salut à vous qui suivez ce fil.,

Je sais pas ce que j’ai raconté dans la fin de mon dernier post, mais j’ai parlé de résultats le 14 février, alors que c’est…AUJOURD’HUI !!!

Donc, journée assez intense en stress, sachant que la commission de décision se tenait à partir de 13h30 et que les résultats étaient attendus à partir de 18h. Autant vous dire que j’étais une pelote de nerfs.

Alors, normalement, je devrais pas savoir, puisque la liste n’a pas encore été publiée sur le site officiel (et à l’heure où je rédige ces lignes, le site est down… on se demande bien pourquoi…), MAIS… à l’heure d’internet et des réseaux sociaux, quelques bonnes âmes qui ont accès à l’intranet gendarme ont publié des captures d’écran, puis un .pdf de la décision.

Et il se trouve que je fais partie des 792 admis !!! :man_dancing:
Assez bien classé, même, car (si la liste est présentée par ordre décroissant des notes) je suis en 153ème.
Je rappelle pour info que j’ai eu une note entre 5 et 6 au sport, et que donc il est possible d’être admis en cartonnant ailleurs. Pour le détail, il me faudra encore patienter entre 15 jours et 1 mois pour avoir mes notes, mais voilà, c’est fait…

Prochaine étape : la Visite Médicale… un peu redoutée, car c’est une dernière occasion de se voir refoulé, après tant d’efforts, d’attente et de stress… mais on reste confiant. Et ensuite, la dernière ligne droite, l’attente de la tant désirée lettre, celle qui me donnera la date à laquelle j’effectuerai ma journée d’incorporation.


#10

BRAVO Julien ! Toutes mes félicitations, je suis très content pour toi, tu es super bien classé la vache :o


#11

Merci !
Ouais, t’as vu ça, en sachant que j’ai tapé entre 5 et 6 au sport, j’ai un peu hâte de voir le reste des notes…


#12

Oui c’est top, il y en a plein qui passent en ayant des notes merdiques au sport. Quand tu vois que l’oral est coefficient 7 ou 8 alors que le sport est coefficient 2… Il n’y a pas photo, le principal c’est de ne pas être éliminé au sport :slight_smile:


#13

Merci Julien pour tout ses informations
J’attend aussi les dates d entré en école.
Tu as des informations à ce sujet ?
J’ai un bébé et il faut que je mis prenne bien avancé pour m organisé et déménagé.
Cordialement


#14

C’est difficile d’avoir des infos. Que ce soit les CSC ou la DGGN, personne n’a d’informations fiables à 100%. Étant donné que ça dépend de plein de choses, les dates d’incorpo sont compliquées à savoir.

Il semblerait que beaucoup de monde s’accorde à dire qu’on ne rentrerait pas avant septembre, voire fin d’année ou même début 2019.

Quoi qu’il en soit, tu recevra la petite lettre deux mois à l’avance, ce qui devrait te laisser assez de temps pour prendre tes dispositions.


#15

Merci pour c’est informations.

Tu sais si ça fonctionne par classement ? Je suis 32 ème . Il paraît que si oui ça va plus vite .
Que l attente est longue !
En tour cas merci vraiment pour tout tes postes


#16

Le rythme des admissions se fait par ordre de classement au mérite, effectivement, et en fonction des places qui se libèrent. Sachant qu’ils incorporent par compagnies, et qu’une compagnie comporte entre 100 et 125 élèves gendarmes. Reste à savoir comment ça se passera entre les derniers de la session de mars et les premiers de chez nous (feront-ils une compagnie composée des deux, ou aura-t-on des compagnes plus ou moins grandes pour fermer les incorpos de mars avant d’ouvrir celles d’octobre ?)

Tu seras donc dans la première compagnie à partir, ou la seconde, selon comment ça se fera, donc tu partiras vite :wink:

Et félicitations pour ce classement !


#17

Merci pour toutes tes explications !
Je suis déjà moins stressé.
J’ai cru comprendre que le 1er avais eu 17 et des poussières tout ce joue donc à peut de chose. Ma moyenne 14.9. Peut importe le classement . Nous avons réussi :slight_smile:


#18

Salut, j’ai justement une question par rapport aux notes. :blush:
Comment faut-il avoir pour réussir l’épreuve d’admissibilité (une moyenne ou les notes détaillées) ?
Merci :smiley:


#19

Cela dépend du nombre de places pour la phase 2, si par exemple sur les 15.000 candidats, ils prennent que les 5.000 meilleurs pour la phase 2. Il faut faire parti des 5.000 premiers. Après la note en elle même dépend des années.
Si 5.000 candidats on au dessus de 14/20, alors il faudra avoir au dessus de 14/20.
C’est le principe du concours.


#20

Ok merci :smiley:
En mars 2018 il y aura 1320 admis ce qui fait environ combien de candidats admissibles pour la phase 2 ?