Concours interne ou externe : quel dilemme!

Bonjour,

A quelques jours de l’inscription, toujours ce dilemme.

33 ans et réservistes depuis 7 ans j’hésite entre le concours SOG interne et externe.
Ce qui me bloque en interne, c’est de me retrouver en école avec des GAV ou anciens militaires. Donc peur de partir nettement désavantagé.

Qu’en pensez vous ?

Merci

J’en pense pas grand chose, vu qu’en passant en externe tu te retrouveras avec des GAV ou anciens militaires qui l’auront passé en externe.

1 J'aime

Tu as raison. Mais en interne tu n’es qu’avec ce type de profil. (Mais moins de chance en % d’être reçu au concours en externe)

Étant réserviste depuis 3 ans j’ai passé le concours en externe car je ne me sentais pas capable de pouvoir rivaliser avec les GAV sur les questions professionnelles. On va pas se le cacher, notre connaissance du juridique est très limitée en tant que réserviste.
Et vu le sujet que l’on a eu en externe en octobre 2019, je ne regrette pas du tout mon choix.
Après ce n’est que mon avis, tu es peut etre très calé je ne dis pas :slight_smile:

« On va pas se le cacher, notre connaissance du juridique est très limitée en tant que réserviste »

Je suis tout à fait d’accord. Nous n’avons pas les mêmes connaissances.

Tu as eu le concours ?

Oui je l’ai eu

Félicitations. C’est super. Connais tu le % de réussite pour cette année ?

15500 et des brouettes inscris
5612 d’admissible
2545 d’admis
De mémoire, mais tout ceci est écrit dans les différents arrêtés

1 J'aime

C’est un % assez élevé je trouve. D’autant que souvent 2 a 3000 ne s’en présentent pas aux écrits.

Tu as suivies des cours par correspondances ?

Non par moi même

1 J'aime

Comme l’a dit Yodarion, 15 500 inscrits, 10 000 présents pour l’écris, 5 500 ont validé l’écris,
2 550 admis (dont énormément d’échec au sport)

Si tu es motivé, sérieux et que tu as le profil qui correspond tu peux avoir le concours sans soucis, il faut juste s’en donner les moyens

3 J'aimes

Exact. Après ce serait bien qu’il y’ait autant de « nouvelles recrues » pour le prochain concours :grin:

Les GAV ne sont pas plus intelligents que les réservistes et les réservistes ne sont pas plus intelligents que les GAV. L’épreuve repose sur une connaissance des règles militaires, de la police de la circulation, la PJ, l’éthique, la déontologie… Certes, ce sont des choses qu’on apprend en école de gendarmerie en tant que GAV, mais tu peux largement le faire chez toi en prenant un bouquin de préparation du concours interne.
Si les GAV arrivent à le faire en 3 mois je pense que c’est faisable pour les civils d’ici septembre 2020 :slightly_smiling_face:

Tout est dans les bouquins, il n’y a pas de mystère il faut apprendre par coeur.

  • cinq phases de la logique d’accueil à la brigade
  • les différents mandats judiciaires
  • les zones de sécurité applicables lors d’un contrôle d’un individu à pied
  • les objectifs de la charte d’ accueil et d’assistance aux victimes
  • documents et équipements obligatoires afférents à la conduite et à la mise en circulation d’un véhicule
  • modes de transmission de l’alerte
  • conditions de la vérification de l’alcoolémie et la procédure liée à l’utilisation de l’éthylomètre

Ce sont des connaissances fondamentales qui te serviront largement si tu deviens sous-off, tu n’apprends pas cela pour rien :wink: Et si le GAV ne connait pas ou ne révise pas ces fondamentaux, il n’aura pas une meilleure note que toi.

Si tu fais des renforts en brigade n’hésite pas à être curieux et à prendre du rens sur ce que les actives font. C’est autant d’infos qui te permettront éventuellement de blablater un peu pour les questions auxquelles tu devras répondre.

Si tu veux tester un peu tes connaissances tu peux jeter un oeil aux fiches de révisions sur Piou

C’est un système de fiche où tu dois répondre à l’oral aux questions et après tu t’auto-évalue. Si tu maitrise la fiche elle te sera reproposée dans plusieurs semaines, si tu ne la maitrise pas elle te sera reproposée dans les heures/jours d’après.


L'appli du gendarme : PIOU - Au nom de la loi

Pour l’école je ne suis pas convaincu que cela change grand chose que tu sois ancien GAV ou ancien réserviste, dans les deux cas vous passez SOG ce qui est l’étape d’au dessus.

Par contre c’est avantageux de le passer en interne car les incorporations en école semblent quand même être plus rapide que pour les externes :wink:

4 J'aimes

Merci pour toutes ces informations ! Je vais analyser tout cela. C’est très précis.

2 J'aimes

Pour rajouter un retex, si ça t’intéresse, j’ai fais deux essais externe, avec double échec à l’oral. Puis premier essai interne et réussi. Déjà sur l’aspect accessible, le concours interne est statistiquement plus facile. Il y a également moins de temps d’attente pour incorporer en interne qu’en externe.

Sur le plan formation, ça dépend comment tu vois les choses. Je reste persuadé qu’on devient meilleur en travaillant dans un environnement qui te pousse à te surpasser.

De plus, les cadres ont quand même objectivement tendaaaaaance à laisser un peu plus tranquille les formations en interne, et pas comme ils disent à « Être encore plus durs pour les remettre dans le moule ».

Seul côté chiant c’était les « gnegnegne moi dans mon PSIG, moi dans ma brigade de 5, moi au régiment du train… » des camarades élèves, mais ils se font rapidement shooter par les cadres, qui détestent ça.

Et vu que tout le monde connait la base de la militarité, le sport départageait le classement ! :wink:

3 J'aimes

Merci pour ces informations. C’est aussi très intéressant. Sais tu si les réservistes s’en sont bien tirés au classement final ?

Dans ma promo, ils ont de mémoire tous eté dans la première moitié du classement :wink: (6 anciens réservistes de mémoire)

Pour ce qui est passer le concours interne ou externe, c’est vraiment une question de ressenti, et de savoir si tu te sens plus capable de rédiger une dissertation qui fera la différence, ou de répondre à des questions de connaissances professionnelles. Si tu n’es pas des plus à l’aise avec la dissertation, prends le concours interne.

Concernant le fait de se retrouver en école avec des GAV et anciens militaires, je comprends ton appréhension, parce que je l’ai eu aussi. En toute honnêteté, mis à part sur le début de la partie « bleue » de la formation, où j’ai eu quelques doutes, je n’ai jamais été désavantagée par rapport aux autres. Au contraire, le fait d’être avec des GAV m’a aidé, en particulier lors des procédures

1 J'aime