Vie en caserne, vie privée ... et homosexualité

Bonjour à tous,

Je créé un sujet en espérant trouver certaines réponses à mes interrogations. Tout d’abord, je me suis inscrit cette année afin de me présenter au concours SOG20. Jusque là pas de soucis, on trouve suffisamment de nombreux retours sur les différents mois de formation en école, le cursus, les différentes étapes jusqu’à l’intégration en brigade.
Ce que je souhaiterai, c’est un retour sur l’intégration que l’on a en Gendarmerie, et en particulier sur la vie en caserne … dans un contexte particulier.
En effet (et sans y aller par 4 chemins), je suis à ce jour dans le civil, et cela va faire 8 ans que je vis avec mon conjoint (j’ai 25 ans). J’ai toujours voulu rentrer en Gendarmerie, et cette année je décide de tenter ma chance, mais avec un tas d’interrogations qui vont avec … surtout lorsque l’on est sous-officier et gay.
Je conçois le fait que ma sexualité ne m’empêchera pas de réussir le concours, ni même ma formation en école (je suis discret, et c’est comme tout, on a pas à le crier partout), mais mes plus grosses craintes se réfèrent à une bonne intégration au sein de la brigade. A l’inverse d’un gardien de la paix par exemple, les Gendarment eux, vivent sur leurs lieux de travail, avec la proximité de leurs collègues.
Avez vous déjà été confronté à ce problème ? Vous ou même des collègues à vous ? Comment le vivent-ils ? Comment cela est-il perçu auprès de la hiérarchie ?

Je ne voudrais pas qu’un rêve se transforme aussi vite en cauchemar. Le monde militaire est encore relativement fermé à ce sujet… du moins c’est mon ressenti.
Pour ne pas arranger la chose, mon conjoint occupe également un poste à responsabilité (magistrat). Au bout de 8 ans de relations, et des projets en tête, j’appréhende le fait d’intégrer une brigade, et de parvenir à poursuivre notre relation, « dans de bonnes conditions) ».

Mis à part un sujet sur l’homosexualité en école, je n’ai pas trouver d’autres sujets qui abordent ce thème sur le forum. Merci à ceux qui apporteront une réponse.

Jonathan.

2 J'aimes

Salut,

J’ai une camarade ici en unité qui est gay. Bon, elle vit seule, mais son orientation sexuelle n’est pas un secret.
C’est une jeune OPJ, l’une des plus compétentes et appréciées de l’unité, jusqu’au niveau Compagnie.

Si tu veux mon avis, notre police, au sens large du terme, nos forces de sécurité intérieure si tu préfères, sont à l’image de notre société… parce que nous sommes une partie de cette société. Evidemment que tu croiseras dans le métier des personnes qui se trouveront dérangées par tes choix de vie. D’autres y seront indifférents, d’autres encore deviendront de bons camarades, voire des amis. C’est comme partout : il y a des cons, mais il n’y a pas que ça !

À mon sens, il faudra surtout être prudent avec la profession de ton conjoint : il ne faudrait pas que cela apparaisse comme un « avantage » que tu pourrais utiliser en cas de besoin. Mais bon, des magistrats en couple avec des gendarmes, il y en a, ça doit donc arriver que ça se passe bien :slight_smile:

1 J'aime

À mon humble avis tu ne devrais pas avoir de problème, mon beau frère (ex gendarme et aujourd’hui gardien de la paix) est gay et d’après lui, il n’a pas rencontré de réelles difficultés d’intégration. Tu n’es pas le seul dans ce cas :slightly_smiling_face:.

Après comme dans le civil, tu as des cons partout. À noter qu’un gendarme se doit de montrer l’exemple, même si certains n’approuveront pas tes choix de vie, ils ne te diront rien pour autant.

Bonne chance pour ton concours en septembre :wink:

1 J'aime

Ça va tellement dépendre de ta brigade que difficile d’apporter une réponse, mis ce qui a été dit plus haut me paraît déjà une bonne chose.
Dans le pire des cas, si ça se passe mal, plusieurs solutions:

  • habiter hors caserne, ça se fait beaucoup et c’est assez répandu à vrai dire donc bon c’est une solution;
  • si rien ne change: stopdiscri. Là en général sur cette plateforme ils ne rigolent pas et tu serais bien couvert.

Encore une fois, ce sont des cas extrêmes, mais dis toi que tu peux foncer car au pire, y’a toujours une solution :wink:

Merci à tous pour vos réponses.

-> Je me doute bien que tout dépend de notre affectation, et je suis bien conscient que tout ne pourra pas être rose tout le temps. Même en étant hétéro, on ne peut empêcher certaines tensions.

-> Oui nous en sommes bien conscients. D’ailleurs, nous ferons toujours en sorte que le tribunal auquel mon conjoint exerce, ne soit pas du ressort de la brigade où je sois affecté. (Il faut déjà réussir le concours avant !)
En étant Gendarme, je me doute bien que l’on travaille les WE, c’est pour cette raison que je souhaiterai pouvoir accueillir mon conjoint certains jours aussi au sein de mon logement. Si on ne peut se voir que lorsque j’ai quelques disponibilités de mon côté, je crains que ça finisse par coincer.

-> Je suppose qu’il est plus simple de concilier sa vie professionnelle et sa vie privée, lorsque l’on est gardien de la paix. Une fois le service terminé, il est plus simple, je pense, de se couper du boulot, de ses collègues. Personnellement c’est justement cette rigueur militaire, la vie en caserne, et les missions principales des gendarmes qui m’attirent côté Gendarmerie, et non Police Nationale.

-> Justement, une de mes interrogations, sous quelles conditions peut-on avoir un logement à proximité même de la caserne ? Autorisé sous quelles conditions ?

Pour la plateforme Stopdiscri, je me suis renseigné, mais comme tu dis, pour le maintien d’une bonne ambiance au sein même de la caserne, j’espère ne pas en arriver à là, et trouver d’autres alternatives. Je suis ouvert à la discussion, et je peux même comprendre que cela puisse déranger (car ce n’est pas forcement entrer dans les moeurs de tout le monde), mais s’il s’agit d’un échange avec un dialogue de sourd, on avancera pas et c’est bien dommage.

Ben en fait, tu n’as qu’une seule obligation concernant ton LCNAS : l’occuper lorsque tu es de permanence.
Le reste du temps, tu vas où tu veux.
Autrefois, si tu logeais à l’extérieur, ce logement était automatiquement considéré comme résidence secondaire. Ça changé, avec la définition de résidence principal : si ton conjoint, enfants, etc, y vivent, c’est ta résidence principale.

Evidemment, prendre un logement en dehors de la caserne, c’est entièrement à ta charge.

Merci, je continuais de dire que c’est une résidence secondaire. :+1:

Ça serait dommage qu’il soit contraint de prendre un logement à l’extérieur. Comme dans le civil on ne choisit pas ses voisins. La gendarmerie demande d’avoir des valeurs notamment la camaraderie. J’ai cru comprendre que c’est ce qui te plaisais alors fonces!

1 J'aime

Cépafo.
Après on peut aussi changer par envie et non obligation :slight_smile:
Du moment que ton CV sait où tu es, et que tu n’es pas à 1h de la brigade.

Ouais c’est sûr :wink:

Merci pour l’information, je ne savais que ça pouvait être une possibilité, c’est bon à savoir.

C’est vrai, cela engendre un coût non négligeable. L’attribution d’un logement par nécessité de service est un bel avantage que les gendarmes ont. A voir au moment venu, mais indirectement cela me rassure d’avoir des portes qui s’ouvrent à côté … au besoin.

C’est un fait, après je pense que les gendarmes à qui on attribue un logement et qui ne l’occupent pas, restent une petite minorité. Ce qui est tout à fait normal.

Détrompe toi, dans mon PMO y’en a pas mal qui ont un logement principal hors caserne.

Mais quels sont les conditions pour avoir un logement principal hors caserne ? Cela dépend du COB de la brigade où il faut faire une demande spéciale ?

Je ne sais pas dans les détails, mais grosso modo c’est accord du COB et ne pas habiter trop loin.
C’est très simplifié.

1 J'aime

Bonjour à tous,
Pour quelles raisons ces gendarmes choisissent de ne pas habiter dans leur LCNAS ?

Pas ou plus envie de vivre en brigade, à mi-chemin entre les deux lieux de travail, famille nombreuse, envie d’avoir sa propre maison…

1 J'aime

Et dans le cas où tous les logements seraient occupés dans une caserne, la brigade prend-t’elle en charge le loyer du nouveau gendarme?

D’accord j’ai appris quelque chose. Merci pour l’info.

J’ai déjà vu le cas (temporairement) avec un PMO et une brigade dans la même ville.
Il y avait un logement libre chez l’autre donc c’était réglé.

Je pense qu’ils évitent de dépasser la capacité. Sinon bonne question, mais c’est forcément oui.

@Guillaume Ici, il y a beaucoup de logements extérieurs au sein de la Cie, car il n’y a pas assez de logements dans les casernes pour tous les personnels.
La gendarmerie te trouve un logement, que ce soit en brigade ou en dehors :wink:

1 J'aime