Se spécialiser en cybersécurité

Bonjour, j’ai passé le concours en septembre dernier et je me posais une question. Je m’intéresse beaucoup à la cybersécurité mais je ne suis pas encore assez compétent pour travailler dans le domaine. Je me forme seul. J’aimerais savoir si dans l’hypothèse où je réussissais le concours de SOG, est-ce que je pourrais me former une fois gendarme dans ce domaine et ensuite me spécialiser. Merci

1 J'aime

Bonjour à toi,

Je ne peux pas t’apporter d’éléments de réponse « de l’interieur » mais comme c’est une spécialité qui m’intéresse aussi particulièrement je vais te partager ce que j’ai trouvé pendant mes recherches. Ces infos viennent d’entretiens oraux au CIR ou des sites internets assez officiels.

La gendarmerie s’engage de plus en plus sur les pôles cybercriminalité, outre ses nombreuses opérations de sensibilisation du public et des professionnels du milieu, ils ont misé sur l’action avec des unités spécialisées dans les infractions liées au numérique.

Dernièrement ces unités ont été réunies dans ce qu’on appelle le réseau CyberGend pour centraliser et harmoniser les formations et techniques d’enquête, pour chapeauter tout ça, ils ont créé le Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N).

Ce réseau regroupe environ 2000 gendarmes à l’heure actuelle, certains spécialisés N’Tech (Enquêteur Nouvelles Technologies), certains sont des TIC (Technicien d’Identification Criminelle) et certains sont des correspondants N’Tech en unité.

Pour les rejoindre, la voie la plus « habituelle » jusqu’à présent est de passer le concours SOG, une fois sous-officier, il faudra ensuite passer la spécialité OPJ (officier de police judiciaire). Cet examen se passe après 3 ans de service.

Une fois OPJ, il faudra attendre un appel à volontaires pour rejoindre les rangs des enquêteurs N’Tech, apparemment il n’y pas longtemps à attendre vu qu’il en faut toujours plus en ce moment.

Une fois selectionné, la formation de 15 mois commence, formation qui se porte sur

les mécanismes et enjeux de la cybercriminalité. Il va aussi apprendre les procédures criminalistiques appliquées aux nouvelles technologies, les techniques de perquisitions en ligne, l’exploitation des informations issues des systèmes d’exploitation, l’analyse des supports de stockage numérique.

Une partie de la formation se fait dans une université, l’autre partie est un stage en unité de recherche avec un tuteur déjà titulaire.

Mes sources:

Si quelqu’un sur ce forum a des contacts au C3N ou a passé la formation N’Tech, nous aimerions beaucoup avoir un petit retour d’expérience pour connaître la réalité de la formation et du quotidien des missions.

Ce que je redouterais dans ce métier c’est d’être assailli d’enquêtes pour pédopornographie par exemple et donc de devoir visionner des vidéos toute la journée pour constituer des preuves.

2 J'aimes

Merci beaucoup pour cette réponse très complète rdt !

Alors pour côtoyer régulièrement des N’Tech je peux confirmer ta crainte.
Leur travail consistant à récupérer tout élément de preuve sur tout support numérique, ça balaie un large panel de chose (fichiers effacés/cryptés, audio, vidéo,…) pour de multiples faits (trafics en tout genre, escroquerie, agressions,…).
L’utilisation du numérique étant devenue indissociable de notre quotidien voir carrément indispensable, ils ont énormément de travail et c’est pourquoi la gendarmerie développe rapidement cette spécialité.
Mais inévitablement ça amène à ce que personne ne voudrait avoir à constater, c’est-à-dire tout ce qui se rapporte à la violence en tout genre, et bien évidemment cela implique les violences sexuelles. Donc il faut se préparer à être confronté à l’innommable malheureusement.
Après ceux que je connais sont en CIC donc il y a peut-être des différences en terme de travail avec les autres N’Tech, sachant que récemment tout le monde a été basculé dans une nouvelle unité appelée SOLC (je ne me souviens plus de la signification de l’acronyme). Je vous avoue que ce n’est pas une spécialité qui m’intéresse donc je ne les ai pas harcelé de questions😂
Si jamais je peux leur poser vos questions la prochaine fois que je les vois

1 J'aime

Pour info :

La gendarmerie recherche des hommes et des femmes dans les domaines touchant au « cyber » et scientifiques. Ils seront formés à partir de 2021 en école.

Recrutement Sous-Officier

L’objectif cible spécifiquement de futurs sous-officiers de gendarmerie ayant des prédispositions dans les domaines scientifiques et techniques (avec une priorité donné aux BAC+2/3 dans le domaine scientifique et cyber/informatique).

Les sélections se feront par le concours général d’entrée en gendarmerie. Les lauréats de ce concours pourront alors se porter volontaires afin d’intégrer une compagnie d’élèves gendarmes spécialisés dans les domaines spécifiques touchant au numérique, cyber, informatique, sécurité des systèmes d’information, intelligence artificielle.

Ils seront sélectionnés à partir de :

  • leur résultat à une épreuve numérique organisée lors de la phase d’admission ;

  • leur niveau d’étude et/ou de la nature de leur diplôme ;

  • leur classement général au concours.

  • leur appétence au numérique et à leur agilité dans l’utilisation de ces outils, compétences qui pourront faire l’objet d’une évaluation.

3 J'aimes

Merci pour cette information !

Je partage ici pour ceux qui ne sont pas abonnés à la chaîne YouTube de la Gendarmerie

Un gendarme présente le plateau d’enquête de la plate-forme Pharos (signalements de contenus et arnaques sur internet)

1 J'aime