Métier dangereux et mobilisation

Je ne disais pas beaucoup dans l’absolu mais beaucoup comparé à ce que j’ai pu voir ici et là

Quand au fait que ce soit un métier dangereux…il faut différencier métier dangereux et métier qui paraît dangereux
Police et gendarmerie ne font pas partie des métiers les plus dangereux, il y a les bucherons, les marins pêcheurs, le btp, la sidérurgie,…et eux n’ont pas de prime de risque ni de départ anticipé à la retraite

Dans l’imaginaire collectif c’est autre chose

S’il n’y avait pas de danger nous n’aurions qu’un stylo à la ceinture.

7 J'aime

Dis ça aux blessés en service chaque année et au 665 gendarmes blessés ou tues par armes l’année dernière.
Avant qu’un arbre attaque un bûcheron avec une arme on a un peu de marge :joy:

8 J'aime

Je crois que vous vous égarez sur la notion de métier dangereux et de sa reconnaissance.
La différence ce situe non pas sur les conséquences mais sur la nature et le type de danger.
La particularité du métier des armes, même si on peut y associer la police, c’est que derrière le danger il y a une volonté humaine de nuire et non un aléas physique (au sens de phénomène paramétrable et prévisible).

Ensuite , on peut être fier du métier de gendarme mais la comparaison n’est pas de mise du point de vue des statistiques. Quant à l’arme au ceinturon, combien en font usage au cours d’une carrière.
Cependant le risque pour un gendarme, militaire de surcroit peut considérablement augmenter selon les circonstances. A titre personnel, je vous citerai en exemple, mon grand-père qui a fait 5 ans ans d’unité combattante en zone hostile en tant que gendarme.

Pour conclure, le métier de Gendarme est dangereux et reconnu comme tel par ses statuts , reconnaissance que le danger résulte d’une volonté de nuire.
On peut aussi y ajouter la nécessité de s’entraîner dans des configurations à risques.
Le métier de gendarme nécessite de se porter au devant du danger afin de protéger les gens et la France

Mais ici le questionnement c’est la solde, le prix du sel!
La reconnaissance de la Nation se retrouve dans le statut militaire, la rémunération, la prime « de police », le bénéfice du 1/5ème, le départ anticipé à la retraite, la possibilité de partir aussi avec jouissance immédiate, la bonification de certains types de service et j’en oublie certainement.

4 J'aime

Des blessés au travail il y en a tous les jours, j’en sais quelque chose je suis SST dans l’industrie.

665 ca peut paraître beaucoup mais il faut le remettre en perspective, sur 100 000 gendarmes ca fait 0.655 % blessés ou morts. Dans le BTP par exemple il y a environ 70 blessés pour 1000 soit 7%

En effet l’arbre n’attaque pas le bucheron mais l’arbre tombe sur le bucheron, le bucheron tombe de l’arbre,…tué par arme ou tué parce qu’un arbre t’es tombé dessus le résultat est le même

Il y a peu encore une personne de mon village est mort, il était électricien, sa nacelle s’est renversée de 8m de haut et il est mort écrasé dessous. C’est sur c’est moins impressionnant qu’une fusillade mais la peine des proches est la même…

2 J'aime

Donc inutile de chercher à comparer, dans tous les cas c’est des blessures voir la mort, et surtout de la douleur.

Après attention le jour où il y a une guerre, avec leur statut militaire les gendarmes seront très certainement sollicités et les risques changeront complètement^^
Mais tu n’as pas tort en mettant la lumière sur les risques des autres métiers

665 blessés ou tués a causes des armes. 12% de blessés en services chaque année.
Comme l’a dit un camarade plus haut, on est pas du tout sur le même type de risque. Les accidents du travail dans le domaine civil t’en a un paquet qui pourrait être évité. En gendarmerie les accidents en services sont liés à la volonté des gens à venir nous demonter la tête malheureusement c’est beaucoup plus difficile à anticiper.

3 J'aime

Si on peut éviter :sweat_smile:

Les moyens matériels et la formation ne peut être que perfectible, mais en effet tout l’équipement du monde ne nous permettrait pas de descendre tant que ça.

Très peu probable selon moi. Ou alors il faudrait vraiment qu’on prenne une branlée comme en 40 pour qu’ils décident de mobiliser les gendarmes car l’armée de terre, air et marine ne suffiraient pas ^^

La Gendarmerie serait tout de même mobilisée.
D’abord pour ses missions habituelles, mais aussi avec un fort développement de la police militaire, de la sécurisation d’axes…
Mais peu probable que des gendarmes se retrouvent au front.

Il ne faut pas oublier que la façon de faire la guerre a évolué, aujourd’hui il est plus facile de mener une cyberattaque, faire des frappes… Que de se lancer dans une guerre au sol en Europe.

1 J'aime

A un détail près , c’est que les attentats sont les prémices d’une guerre sur le territoire. Ensuite le rôle de gendarmerie se voit grandement amplifié par l’abandon de la volonté d’avoir une défense forte et indépendante. Le fait que le budget de la défense réaugmente illustre le retard qui a était pris ces 20 dernières années et vis à vis l’augmentation des risques internes et externes. On est bien au dessous depuis longtemps de ce que prévoyait le livre blanc de la défense lors de la professionnalisation. Ou plutôt on est sur l’hypothèse la plus basse!
La gendarmerie compte plus d’effectif que l’Armée de Terre!
Bon si on continue comme ça on est bon pour faire l’école de Guerre directement! :slightly_smiling_face:

Oui bien sûr il y a beaucoup de blessés mais on ne sait pas d’une part la gravité ni les circonstances donc la comparaison est difficile
Je ne veux pas faire un match, ce serait malvenu, je voulais attirer l’attention sur le fait qu’il y avait d’autres professions tout aussi dangereuses. Bien sur on ne parle pas là de comptable ou d’informaticien
J’ai à effectuer des enquêtes dans le cadre d’accidents de travail je peux te certifier qu’un accident est toujours bête, tout n’est pas évitable malheureusement

Quand un type te percute lors d’un contrôle (exemple), peut-on considérer ça comme un accident bête ?

3 J'aime

Parler de contre-terrorisme sur le territoire oui, mais parler de guerre sur le territoire, non.
Certes nous sommes en guerre contre le terrorisme, mais l’usage de ce terme ne me semble pas approprié dans la lutte faite par la Gendarmerie.

1 J'aime

Oui, tu as raison @Tic, c’est pour ça que j’ai employé « prémices ».
Après, c’est une question de « densité » (nombre) d’attentats.
L’histoire du XXème siècle nous montrent que bien des conflits commencent comme cela et permet de porter « le feu » dans le camp adverse sans forcément désigné un pays tiers comme agresseur.
Et effectivement nous ne sommes pas dans une confrontation de guerre.
Je ne fais pas de catastrophisme, mais la gendarmerie est au première loges pour contrer ces actions agressives et joue le premier voir le rôle le plus important de la Défense du territoire.

Ce n’est pas un accident (bête), j’en ai pas vu d’intelligent, c’est une agression, un acte délibéré de blesser ou tuer.

C’était une question rhétorique :+1:

Je parle d’un accident du travail, tu me parles d’un acte délibéré
Si quelqu’un te percute volontairement ce n’est plus un accident

En effet la gendarmerie ( et la police) sont en première ligne dans la défense du territoire tout comme le personnel soignant est en première ligne dans la défense du pays contre le risque sanitaire par exemple
Je ne pense pas que nous ayons à faire face à une guerre comme en 14-18 ou 39-45 dans les années à venir, tous les pays aujourd’hui sont liés au niveau commercial et dépendent tous les uns des autres
Chacun montre les muscles ( turquie, russie, chine,…) mais ils ont plus à perdre qu’à gagner