La famille peut-elle être un frein lors de l'entretien avec le psychologue?

Bonjour , j’aimerai devenir sous officier, cependant j’aimerai savoir si pendant l’entretien avec le psy , la famille pourrait être un frein.
En effet mon frère est atteint de trouble psychotique et est bipolaire , et mes parents de nature dépressive.
Merci pour vos réponses.

1 J'aime

Salut pour ma part je ne pense pas que ça pose problème si pour toi de ton coter mentalement tout va bien tu n’as pas de raison de t’en faire sois toi même et tu verra bien par la suite.

1 J'aime

Bonjour,
la psy elle va forcement t’en parler si elle le sait et te poser des questions dessus. Si tu n’as aucun problème, défend toi. Montre que tout est OK de ton côté. Tu vas y arriver !!

Dit toi que politiquement, la police/gendarmerie ne peux plus se permettre de faux pas avec des profils à risques surtout au niveau du psy vue la difficulté du travail et le taux de suicide élever (Cela ne doit pas être un tabou, il faut se battre contre simplement)

1 J'aime

Bonjour @Mypa,

Alors pour y être passé au total 3 fois, le psy en a rien à faire de ton environnemental familial « brut ». Ce qui l’intéresse, c’est comment tu vis cet environnement, comment tu vois les choses par rapport à ça. Tous les gendarmes n’ont pas une vie et une sphère familiale rose, donc de toute manière il faut être honnête, avec le psychologue comme avec toi-même dans tes réponses et ça passera. En tout cas tu auras pas à te défendre puisqu’ils te poseront « simplement » des questions pour comprendre ton environnement.

Ce n’est pas une ambiance d’oral, avec le jury qui peut essayer de te déstabiliser pour voir ta réaction.

La Gendarmerie ne recherche pas des robots sans expériences dramatiques et dans des cocons familiaux, mais des humains avec une maturité émotionnelle :wink:

Je vais pas m’éterniser sur ça ici mais si tu veux passer en MP hésite pas, je peux t’expliquer un peu mon entretien et tu verras que tu as pas de problème à te faire !

2 J'aimes