Les épreuves d'admissibilité

C’est le premier volet après l’inscription et la réception de la convocation. Il s’agit des épreuves qui feront le premier écrémage (conséquent) avant les choses sérieuses.

J’ai passé ces épreuves le 4 octobre 2017 au parc expo de Paris-Nord-Villepinte, et il y avait deux autres centres d’examen (Bordeaux et Grenoble). Il semblerait qu’à l’avenir il y ait davantage de centres d’examen pour les écrits, ce qui est mieux pour ceux qui gèrent moyen leur stress. Imaginez : 15.000 inscrits répartis sur 3 lieux, dont Villepinte où nous étions prévus 8.000… une grande halle où avaient été alignées des tables, réparties en groupes… une sacrée impression en entrant.

ATTENTION : Le retour d’expérience ci-dessous est décrit tel que les épreuves se déroulaient avant les changements prévus pour 2019.

Les épreuves se déroulent sur une journée entière.

Le matin

Composition de culture générale. Durée : 3h

Ici, il s’agit de mettre au test votre culture sur des sujets d’actualité, de société… c’est vraiment divers. On voudra aussi évaluer votre capacité à organiser un raisonnement et à l’exprimer. Il faut donc être vigilant à écrire lisiblement, apporter une grande attention à l’orthographe et à la grammaire, etc.

Lors de la session d’octobre 2017, le sujet en externe était : “Consommer bio est-il le secret du mieux-être ?”. Je n’y ai pas trouvé de grande difficulté.

Les choses à faire

Bien lire le sujet. Même si ce n’est qu’une courte phrase, il faut faire attention à la manière dont il est posé. Il faut éviter de donner votre avis personnel (sauf si ça vous est demandé : “Pensez-vous que…”, “Diriez-vous que…”).

Rassembler ses idées. On n’a pas encore démarré le brouillon, car avant ça il faut déjà savoir comment on va organiser le discours, et quels arguments on va utiliser. En gros, vous pouvez avoir recours à ce qui ressemble à un plan littéraire ‘thèse/antithèse/synthèse’ et ses déclinaisons, sachant que la synthèse sera en réalité une conclusion nuancée. Si un avis vous est demandé, quelque soit votre position sur le sujet, nuancez le propos en proposant le point de vue opposé. Faites donc un “Oui/Non/Oui mais… (ou Non mais…)” ou "Pour/Contre/Pour mais… (ou Contre mais…).

Passer au brouillon. Surtout, point important : NE RÉDIGEZ PAS. Il ne s’agit pas de perdre du temps, mais de mettre de l’ordre dans vos idées pour construire quelque chose de logique.

Divisez votre feuille de brouillon en deux : Pour et Contre, ou Oui et Non. Dans chaque partie, mettez les arguments qui correspondent, sans chercher à les organiser ou à les lier. Notez brièvement un ou deux exemples pour chaque. Quand vous avez cinq ou six arguments de chaque côté, essayez de voir s’il y en a qui ne sont pas très pertinents ou parlants. Si c’est le cas, il vaut mieux les éliminer, sauf si ça sert votre antithèse, auquel cas vous pouvez vous les garder pour servir de transition à la rédaction.

Vous avez quasiment votre composition dans sa structure, il ne vous reste plus qu’à articuler les arguments les uns avec les autres, via des exemples. Numérotez-les pour les mettre dans l’ordre logique de votre discours.

Introduction et conclusion

À ce stade, on n’a toujours pas touché à la copie que le correcteur aura entre les mains. L’intro et la conclusion de votre composition sont très importants. Rédigez-les entièrement au brouillon, car il ne faut pas les bâcler.

L’introduction permet de poser la problématique en rappelant le sujet, et d’expliquer brièvement comment vous avez imaginé traiter le sujet avant de passer à la suite. Utilisez une structure simple mais qui a fait ses preuves : 1 accroche (avec un exemple tiré de l’actualité sur le sujet), 1 rappel du sujet, 1 retour sur la définition des termes-clé du sujet, 1 reformulation du sujet avec l’annonce de votre raisonnement.

À titre personnel, j’évite les citations, à moins de parfaitement maîtriser le sujet ET la citation. Il est facile de se planter en citant mal à propos un auteur/philosophe/journaliste/politique (hors-sujet, citation inexacte…), et si vous vous plantez, vous ne ferez que passer pour un candidat qui veut frimer mais qui ne sait pas de quoi il parle.

La conclusion permet de fermer le sujet. Reprenez rapidement les grandes lignes de vos parties thèse-antithèse pour nuancer vos propos (histoire de ne pas rester sur un avis tranché ou un parti pris : un gendarme se doit d’être impartial). L’idéal est de montrer que votre réflexion ne se limite pas à la question posée, mais que vous savez ouvrir la discussion vers autre chose. Essayez de glisser vers un sujet légèrement différent, qui découle de celui que vous venez de traiter, qui pose des questions plus complexe (mais auxquelles on ne répondra pas, puisqu’elles ne font pas partie du sujet).

La rédaction

Ça y est, cette fois on écrit ! Proprement, lisiblement. Recopiez votre introduction, puis passez au développement en suivant votre plan. Pensez à utiliser la ponctuation à bon escient. Évitez les phrases qui font cinq lignes, vous perdriez votre lecteur, et vous vous donneriez une chance d’être confus.

Tenez-vous-en à des phrases assez courtes, de façon à être le plus clair possible et tenir un discours intelligible. N’utilisez pas de vocabulaire que vous ne maîtrisez pas ou si vous n’êtes pas certain de sa signification. Citez un ou deux exemples par argument et passez au suivant.

Arrivé au bout de votre partie, faites une transition vers la suivante, et poursuivez. Enfin, recopiez votre conclusion. Accrochez-vous, on arrive à la fin !

Relisez-vous ! On ne le dira jamais assez : gérez votre temps pour pouvoir vous relire. Ça vous permettra de voir les fautes d’orthographe qui seraient passé au travers de votre vigilance. Ne vous attachez qu’à la forme et pas au fond. À ce stade, il n’est plus temps de s’apercevoir que tel argument ne tient pas debout ou que vous avez fait fausse route depuis le départ.

Pour éviter de tomber à court de temps, il est important de se tenir à une gestion assez stricte. Personnellement, je me donne 30 minutes pour établir le plan, 15 minutes pour intro/conclusion, 15 minutes de relecture à la fin, ce qui me laisse 2h pour la rédaction.

L’après-midi

Langue vivante, tests de logique et inventaires de personnalité.

Le choix de la langue vivante se fait à votre inscription. L’épreuve consiste en un livret qui vous est fourni contenant les questions, et une feuille où vous noircirez les cases correspondant à vos réponses. J’avais choisi l’anglais, et j’ai trouvé ça simple, de niveau fin de collège-début de lycée. Il s’agit principalement de donner la traduction de mots/phrases, compléter une phrase avec le mot qui convient, trouver la meilleur forme grammaticale selon le contexte…

Les tests de logique se présentent sous la même forme (livret + feuille réponse), et se composent exclusivement de matrices de Raven. À chaque question, un dessin géométrique vous est soumis, auquel il manque un morceau. Puis on vous propose plusieurs morceaux possibles, parmi lesquels vous devez trouver le bon. Il s’agit principalement de tester votre capacité d’observation, mais aussi votre raisonnement logique. Ce n’est pas très compliqué, surtout si vous vous êtes bien entraîné.

Un conseil : ne perdez pas de temps (oui, c’est minuté). Répondez vite si vous savez, passez s’il vous faut plus de 10 secondes pour répondre. Terminez le livret, puis revenez sur les questions que vous aurez passé. Répondez à toutes les questions car vous avez toujours une chance de tomber juste, même par hasard.

Les inventaires de personnalité servent à dresser à profil psychologique. Toujours le même principe (livret + feuille réponse). Les questions qui vous sont posées sont sur vous, vous et vous. Votre réaction face à telle situation, dit-on de vous que vous êtes ci ou ça, pensez-vous être comme ça, etc… Attention, les questions sont souvent très semblables ou reviennent plusieurs fois. C’est normal, on veut voir si vous êtes stable, influençable, sûr de vous…

Ici, pas de réponse juste ou fausse. Répondez sincèrement.

Passer ces épreuves était pour moi une expérience spéciale, c’était la première fois que je passais un concours, et pour le coup j’ai pas choisi le plus petit. L’organisation est à saluer, parce qu’autant de monde au même endroit… le dispo de sécurité était assez impressionnant (beaaaaauuuuuucoup d’uniformes, brigades cynophiles, palpations, inspection des sacs…), mais voilà, c’est un événement qui brasse du monde.

Pour ceux que ça peut impressionner ou décourager de savoir que 15.000 personnes concourent en même temps qu’eux : 15.000 inscrits, ce n’est pas 15.000 présents ! Selon les sources, environ 1/4 des inscrits ne s’est pas présenté.

Pour la session d’octobre 2017, ils gardaient 3.000 candidats pour les épreuves d’admission. J’ai eu le plaisir de savoir que j’en faisais partie le jour de mon anniversaire ^^.


Avatar de Julien
Julien

Candidat SOG externe d'octobre 2017. Incorporation le 19 novembre 2018 à l'école de Tulle et depuis affecté au groupement de gendarmerie départementale de la Loire.

  • Publié le

    17 janvier 2018