Le bivouac en école gendarmerie

Place du rapport de notre zone de bivouac, on fait avec les moyens du bord

Tout commence en école par déposer nos téléphones portables dans des boîtes qui resteront dans le coffre fort de notre compagnie. Nous voilà coupés du reste du monde pour les prochains jours, lol. Ça fera pas de mal pour les accros à Candy Crush…

Départ en bus pour le camp de Bourg-Lastic en Auvergne. Météo pluvieuse pour la semaine, no stress la peau c’est étanche, température 4 dégrés en moyenne, on a eu des températures négatives les deux deniers jours, avec la petite gelée nocturne.

Premier jour

La compagnie est divisée en deux et répartie sur deux zones de bivouac. Durant la nuit chacun devait attaquer l’autre camp, faire des prisonniers, voler sa nourriture, ses armes, bref le plus possible pour affaiblir l’adversaire.

Sans négliger la protection de notre propre camp. Pour tout cela nous étions autonome, nos cadres logeaient en base arrière à 2km de notre position (Juste 2 cadres restaient sur place au cas où).

Deuxième et troisième jour

Évaluation IT (combat) et GÉO (topographie), évaluation pratique du bilan étape. La compagnie s’est regroupée sur une seule zone de bivouac. La 2ème nuit nous avons été pris à parti par l’ennemi (nos cadres + des cadres du 92ème RI qui étaient sur place et qui ont été sollicités par notre capitaine). Mission accomplie pour les EG aucun ennemi n’a pu progresser sur un périmètre de 10m avant notre zone. Notre bulle de protection était efficace. 3ème nuit, parcours évasion (nouvelle formule), en gros CO (course d’orientation) nocturne de 6km. J’en dirai pas plus pour garder un maximum de suspense quand vous la vivrez.

Quatrième jour

Découverte d’autres techniques de combat au niveau supérieur (embuscade, contournement de l’ennemi sous feu, tube avant, etc). Pour les anciens militaires c’est que du fun pour d’autres c’est de la découverte. 4ème nuit: nuit du stress… rien de bien méchant mais un petit coxage réalisé toujours par le 92 RI. Le but est de vous désorienter puis d’être fait prisionnier avant la libération.

Cinquième jour

Replis du camp, puis petit barbecue cohésion, chargement des camions pour retour à l’école. Dernière nuit en base arrière dans un bâtiment en dur.

Lendemain matin retour en bus à l’école. Personnellement j’en ai profité pour me reposer, je dormais que 3h par nuit.

Voilà le RETEX du bivouac de la 3ème compagnie de Tulle, chacun vit un bivouac différent mais les grandes lignes restent les mêmes. Je reste vague sur les activités, c'est normal. Le but est de découvrir et de vivre par vous même ces expériences. Il y aura un avant et après bivouac, soyez en convaincu. L’aguerrissement est le maître mot.


Avatar d'Olivier33
Olivier33
  • Publié le

    16 mars 2019